Taille du Texte : A+ A- A

Cordes sur Ciel, Joyau de l’Art Gothique

Un joyau de l’Art Gothique

Du XIIIème au XVème siècle, ou le passage du gothique primitif au gothique flamboyant.

Les maisons « gothiques » qui bordent l’axe principal, la Grand Rue Raymond VII, constituent un ensemble architectural exceptionnel.
Les marchands, enrichis grâce au commerce du cuir et des toiles, font construire, dès la fin du XIIIème siècle, de somptueuses demeures aux façades affichant ostensiblement la richesse des propriétaires.
Toutes les étapes de l’évolution de l’architecture gothique sont représentées à Cordes, du gothique « primitif » du XIIIème siècle au « rayonnant » du XIVème siècle jusqu’au gothique « flamboyant » du XVème siècle.

De fabuleuses façades gothiques

De véritables livres de pierre pour qui sait prendre le temps de voir !

Dans les rues, levez la tête et prenez le temps d’observer les façades, vous pourrez admirer la complexité et le raffinement de cette architecture qui évolue au fil des siècles.
On dit des façades gothiques de Cordes, qu’elles sont des livres de pierre… En venant à Cordes sur Ciel, vous pourrez ainsi parcourir un magnifique livre d’histoire et d’architecture.
Parmi toutes les maisons gothiques de Cordes, s’en distinguent trois, particulièrement décorées : la Maison du Grand Fauconnier, la Maison du Grand Ecuyer et la Maison du Grand Veneur. Cette dernière doit sa popularité à la scène de chasse sculptée en haut relief sur le second étage.

Des sculptures hors du commun

Une abondance d’imageries médiévales somptueuses s’offre à vous…

Les sculptures qui ornent les façades gothiques sont un superbe catalogue d’images médiévales : dragons, monstres, animaux hybrides, personnages grimaçants, magnifiques visages…
En les regardant de plus près, vous découvrirez qu’elles ont l’allure de gargouilles mais qu’elles n’en sont pas. Car si tel avait été le cas, elles auraient été dotées d’orifices permettant l’écoulement de l’eau. Par ailleurs, elles ne sont pas concentrées sous le toit, mais dispersées en ligne sur les façades.
La flore et la faune, sculptées en abondance sur les chapiteaux et les arcs des baies, sont les témoins d’un âge d’or de cette architecture gothique dans notre région.

La construction au Moyen-Age

L’utilisation du grès dans toutes ses teintes pour des maisons dédiées à la fois au commerce et à l’habitation.

Les façades ont été édifiées selon un grand appareillage de pierres soigneusement taillées et assemblées. Il s’agit d’un grès extrait au village de Salles sur Cérou, à 15 km de Cordes, de couleur grise, ocre ou mauve.
Au Moyen-Age, le grés est un matériau de construction noble, onéreux et donc employé à la construction de bâtiments d’exception.
A cette époque, les étages étaient réservés à l’habitation des propriétaires tandis que les arcades du rez de chaussée avaient un rôle fonctionnel.
L’une d’entre elles donnait accès aux étages, les autres s’ouvraient sur des boutiques, des entrepôts, des ateliers.

La rénovation aujourd’hui

Une unité architecturale impressionnante qui fait aujourd’hui de Cordes sur Ciel une cité médiévale intacte.

Les restaurations récentes ont permis de faire disparaître les traces de modernisation sauvage du XVIIIème et XIXème siècles sur les belles demeures cordaises.
Aujourd’hui l’impression d’unité architecturale qui se dégage de tout ces bâtiments est le fruit d’un long travail entrepris à l’initiative de la Société des Amis du Vieux Cordes, et, notamment de Charles Portal, archiviste du Tarn et historien de Cordes, son fondateur. Cette association a ainsi permis de racheter un certain nombre de monuments pour les sauver de la ruine en les restaurant.
Par ailleurs les artistes et artisans venus s’installer à Cordes à partir de 1950 ont grandement participé à ce renouveau.