Taille du Texte : A+ A- A

Cordes sur Ciel, un voyage dans le temps !

Un voyage dans le temps Parcourir Cordes, c’est découvrir un fabuleux livre d’art et d’histoire incrusté dans la pierre… De grands auteurs, tels Camus, en sont même tombés amoureux !

« On voyage pendant des années sans trop savoir ce que l’on cherche, on erre dans le bruit, empêtré de désirs ou de repentirs et l’on parvient soudain dans l’un de ces deux ou trois lieux qui attendent chacun de nous en ce monde. Le voyageur qui, de la terrasse de Cordes, regarde la nuit d’été sait ainsi qu’il n’a pas besoin d’aller plus loin et que, s’il veut, la beauté ici, jour après jour, l’enlèvera à toute solitude. » (Albert Camus)

Cordes sur Ciel fascine tous ceux qui la découvrent parce qu’elle est d’abord une vision : celle d’une cité montant à l’assaut du ciel. Parce qu’elle est ensuite un livre d’histoire et un album d’art où la mémoire des hommes est restée vivante, inscrite dans les pierres depuis sa création en 1222 par le Comte de Toulouse. Son site exceptionnel, son héritage architectural remarquable en font une des villes médiévales les plus significatives de France et un des hauts lieux du patrimoine européen. Elle est aujourd’hui classée parmi les Grands Sites de Midi-Pyrénées ! On raconte que la création de la cité fut présidée par les astres et que son emplacement fut choisi par le destin… Son cadre de vie, d’une rare authenticité, a su attirer et retenir artistes et artisans qui trouvent là leur inspiration. A l’abri des puissantes portes fortifiées, les fastueuses demeures aux façades sculptées magnifient l’art gothique… Parcourir les rues, franchir les seuils, c’est voyager au travers des siècles !

Joyau de l’Art Gothique Un joyau de l’Art Gothique : Du XIIIe au XVe siècle, ou le passage du gothique primitif au gothique flamboyant…

Les maisons « gothiques » qui bordent l’axe principal, la Grand Rue Raimond VII, constituent un ensemble architectural exceptionnel. Les marchands, enrichis grâce au commerce du cuir et des toiles, font construire, dès la fin du XIIIe siècle, de somptueuses demeures aux façades affichant ostensiblement la richesse des propriétaires.

Toutes les étapes de l’évolution de l’architecture gothique sont représentées à Cordes, du gothique « primitif » du XIIIe siècle au « rayonnant » du XIVe siècle jusqu’au gothique « flamboyant » du XVe siècle.

De fabuleuses façades gothiques

Comme autant de livres de pierre pour qui sait prendre le temps d’observer !

Dans les rues, levez la tête et prenez le temps d’examiner les façades ; vous pourrez y admirer la complexité et le raffinement de cette architecture ayant évolué au fil des âges. On dit de ces façades gothiques qu’elles sont des livres de pierre portant la trace de notre histoire… Parmi toutes les maisons gothiques de Cordes, s’en distinguent trois, particulièrement décorées : la Maison du Grand Fauconnier, la Maison du Grand Ecuyer et la Maison du Grand Veneur. Cette dernière doit sa popularité à la scène de chasse sculptée en haut relief sur le second étage.

Des sculptures hors du commun

Une abondance d’imageries médiévales somptueuses s’offre à vous…

Les sculptures qui ornent les façades gothiques sont un superbe catalogue d’images médiévales : dragons, monstres, animaux hybrides, personnages grimaçants, magnifiques visages… En les regardant de plus près, vous découvrirez qu’elles ont l’allure de gargouilles mais qu’elles n’en sont pas. Car si tel avait été le cas, elles auraient été dotées d’orifices permettant l’écoulement de l’eau. Par ailleurs, elles ne sont pas concentrées sous le toit, mais dispersées en ligne sur les façades. La flore et la faune, sculptées en abondance sur les chapiteaux et les arcs des baies, sont les témoins d’un âge d’or de cette architecture gothique dans notre région.

La construction au Moyen Age

L’utilisation du grès dans toutes ses teintes pour des maisons dédiées à la fois au commerce et à l’habitation.

Les façades ont été édifiées selon un grand appareillage de pierres soigneusement taillées et assemblées. Il s’agit d’un grès extrait au village de Salles sur Cérou, à 15 km de Cordes, de couleur grise, ocre ou mauve. Au Moyen Age, le grès est un matériau de construction noble, onéreux et donc employé à la construction de bâtiments d’exception. À cette époque, les étages étaient réservés à l’habitation des proprié&hsy;taires tandis que les arcades du rez-de-chaussée jouaient un rôle plus fonctionnel : L’une d’entre elles donnait accès aux étages, les autres s’ouvraient sur des boutiques, des entrepôts, des ateliers.

La rénovation aujourd’hui

Une unité architecturale qui fait aujourd’hui de Cordes sur Ciel une cité médiévale intacte.

Les restaurations récentes ont permis de faire disparaître les traces de modernisation sauvage du XVIIIe et XIXe siècles sur les belles demeures cordaises. Aujourd’hui, l’impression d’unité architecturale qui se dégage de tout ces bâtiments est le fruit d’un long travail entrepris à l’initiative de la Société des Amis du Vieux Cordes, et, notamment de Charles Portal, archiviste du Tarn et historien de Cordes, son fondateur. Cette association a ainsi permis de racheter un certain nombre de monuments pour les sauver de la ruine en les restaurant. Par ailleurs les artistes et artisans venus s’installer à Cordes à partir de 1950 ont également grandement participé à ce renouveau.

Histoire de la cité

Une histoire de presque 800 ans…

Depuis sa création en 1222 par le comte de Toulouse, la cité a connu une grande prospérité, son âge d’or à la fin XIIIe et début du XIVe siècle, puis une série de déclins… pour être aujourd’hui devenue un véritable musée à ciel ouvert !

Un emplacement stratégique

Dominant de plus de cent mètres les vallées du Cérou et de son affluent l’Aurosse, un piton rocheux se dresse sur le ciel, en s’étirant d’est en ouest : le puech de Mordagne, couronné de falaises de calcaire blanc.

Une bastide datant du XIIIe siècle

L’édification de la cité par le comte de Toulouse Raimond VII, est liée à la croisade des Albigeois lancée au début du XIIIe siècle contre les cathares. Cordes fut la première et la plus importante des «bastides» (ville nouvelle) fondée pour accueillir les populations durement frappées par la guerre et remettre en valeur le territoire. Elle va très vite connaître une croissance exceptionnelle.

L’âge d’or de la cité

La bastide primitive déborde les premiers remparts et de nouvelles lignes de fortifications sont nécessaires (5 au total). A la fin du XIIIe siècle, trois générations plus tard, elle deviendra une ville de plus de 5500 habitants. Elle doit sa prospérité à l’industrie, au commerce et à la finance.

Durant l’âge d’or de la cité (1280-1350) de somptueuses maisons gothiques, qui font aujourd’hui la renommée de Cordes, sont édifiées par des familles nobles et de riches marchands.

Déclin et renouveau

De 1562 à 1625, les guerres de religion provoquent de continuelles alarmes. La cité fortifiée, considérée comme la plus forte place de l’Albigeois, est très convoitée par les Huguenots. Au XIVe siècle, les épidémies de peste épuisent la cité et à la fin du XVIIe siècle, la construction du canal du Midi bouleverse les grands axes commerciaux et entraîne son effondrement commercial. Cordes ne compte plus alors que 2500 habitants. La cité va pourtant connaître deux renaissances. Economique d’abord, dès 1870, avec l’industrie de la broderie mécanique rapportée de Saint-Gall, en Suisse, par le Cordais Albert Gorsse ; artistique ensuite, avec le peintre Yves Brayer et autour de lui un groupe d’artistes repliés à Cordes durant la seconde guerre mondiale.

 

Les origines du nom de « Cordes sur Ciel »

Le nom de Cordes a évolué au fil du temps, passant d’une consonance hispanique à son nom actuel, céleste et mystérieux : Cordoa › Cordes › Cordes sur Ciel. Dans la charte de fondation, la cité est nommée « Cordoa ». Il est possible que le Comte de Toulouse ait nommé ainsi la ville pour faire référence à Cordou (Cordoba) en Espagne, célèbre à ce moment-là pour son artisanat du cuir. Mais aussi, de manière plus générale, il était fréquent de donner à des villes nouvelles des noms faisant allusion à des villes de l’Europe Chrétienne d’alors (Valence, Grenade, Pampelonne faisant référence à leurs homonymes espagnoles).

Une cité qui s’élève dans les cieux…

Au XXe siècle, Cordes attire à elle un grand nombre d’artistes, peintres, sculpteurs, auteurs divers et célèbres (Albert Camus, Hector Malot, Philippe Heriat…) Parmi eux, l’écrivaine et poètesse Jeanne Ramel Cals qui se plaisait alors à la nommer « Cordes sur Ciel ». En effet, tôt le matin, surtout en automne, une brume intense recouvre la vallée du Cérou d’un voile diaphane. Seul le sommet de la cité médiévale émerge de cette mer de nuages. Éclaboussée par la lumière du soleil levant, la silhouette de la ville se détache et semble alors s’élancer fièrement vers le ciel, au-delà des nuages. On dit que Cordes est au-dessus du ciel… La dénomination « Cordes sur Ciel » a été officialisé en 1993 par une décision du ministre de l’Intérieur, qui était, à cette époque… Paul Quilès, actuel maire de Cordes sur Ciel.

 
Histoire de Cordes sur Ciel
Coups de projecteur avec CFM

Cité d’Art et d’Artisanat

« L’Art est la joie des hommes libres » Aristote

Dans le site exceptionnel de Cordes sur Ciel, au patrimoine archi­tectural remarquable, de nombreux artistes et artisans d’art ont trouvé une authenticité et un climat propices à l’inspiration et à la création. Ce sont eux qui, directement ou indirectement, furent à l’origine de la renaissance de Cordes dans les années 1950. Durant la seconde guerre mondiale, un groupe d’artistes repliés à Cordes autour du peintre Yves Brayer réveillèrent la cité oublié et provoquèrent le renouveau artistique. Année après année, leurs œuvres et leur talent permirent à la ville de prendre un nouvel essor. Ateliers d’artistes, galeries d’art, musées, expositions… Cordes sur Ciel décline l’Art et la culture sous toutes ses formes ! Vous trouverez ainsi, au gré de votre parcours cordais, une profusion d’ateliers et de galeries de qualité. Pour plus d’informations sur les artistes et artisans d’Art de Cordes et ses alentours, rendez-vous dans la section « DécouvrirArtistes & Artisans d’Art »